L’agriculture pacifique

L’avenir pour la vie

Pour la fabrication des pains paysans du Spessart, des pains complets, des pains blancs ou des biscuits, les céréales utilisées sont issues de l'Agriculture Pacifique. Le même type d’agriculture est appliqué aux légumes, aux herbes aromatiques et aux salades. L'Agriculture Pacifique se distingue fondamentalement de l’agriculture communément pratiquée.


Nous avons demandé à deux agriculteurs, Georg Simon et Joseph Oberroither de nous en présenter les principes fondamentaux.


Qu’est-ce-qui caractérise l’Agriculture Pacifique ?
Georg Simon, agriculteur :
« L'Agriculture Pacifique n’utilise ni fumier, ni purin, pas plus que d'engrais chimiques ou de pesticides et pas non plus de semence manipulée génétiquement.
Pour renforcer le sol et les cultures, nous utilisons des éléments de la nature : les feuilles tombées à l'automne, un compost végétal ou de la poudre de minéraux. Car l'Intelligence qui est dans la nature sait au mieux comment peuvent pousser des fruits sains et délicieux pour le bien de tous. »


Pourquoi l'Agriculture Pacifique n'utilise-t-elle pas de produits animaux pour la fertilisation ?
Joseph Oberroither, responsable des vergers :
« Dans l'Agriculture Pacifique, nous ne pratiquons pas l'élevage. Dans les enseignements de Jésus de Nazareth, le principe d'unité comprend toutes les créatures. C'est pourquoi nous respectons nos prochains des règnes de la nature, prenons soin d’eux, les laissons libres et ne les mangeons pas ! Il en découle que nous n’utilisons pas d’excréments animaux provenant de l'élevage. Par contre, autour de nos champs, vivent de nombreux animaux en liberté, des lièvres, des chevreuils et beaucoup d'autres qui se réjouissent de trouver une nourriture non empoisonnée ainsi que l'habitat protecteur que forment les haies qui bordent nos champs. Pour eux, nous laissons également une partie de la récolte sur les champs et respectons leur droit fondamental de vivre ici. »


Pourquoi voit-on dans l’Agriculture Pacifique  certains champs qui ne sont pas cultivés et qui restent en jachère ?
Georg Simon, agriculteur :
« La nature nous enseigne l'équilibre entre donner et recevoir. C'est pourquoi nous n'exploitons pas la Mère-Terre à outrance mais, au contraire, accordons régulièrement aux champs un temps de repos bien mérité, comme par exemple une année de jachère.»


Faut-il avoir une relation particulière avec la nature pour pratiquer cette manière de cultiver ?
Joseph Oberroither, responsable des vergers :
« Nous sommes convaincus que toutes les formes de vie sont en communication les unes avec les autres. Nous pouvons nous-mêmes apporter une contribution en allant au travail avec un comportement juste et une attitude positive.. Nous apprenons à communiquer à nouveau avec les champs, les micro-organismes du sol et les végétaux qui y poussent. Toujours, nous sommes entourés par la vie, laquelle nous devons réapprendre à comprendre. »
Georg Simon : « Dans l'Agriculture Pacifique, l'agriculteur respecte ce qu'offre la terre. Lorsque l'on pense à tout ce que la plante doit endurer au cours de l'année, p.ex. la chaleur, le froid ou la sécheresse, avant de nous offrir ses fruits à l'automne, on ne peut qu'être reconnaissant et respectueux de ce que nous donne la nature.
En tant qu'agriculteurs, nous savons que sans l'action des éléments, le soleil, l'eau et le vent, nous ne pouvons rien. L'agriculteur sème et entretient le champ mais croissance et fertilité reposent entre les mains de Dieu. »
Merci beaucoup pour cet entretien !

Depuis plus de 30 ans
l'Agriculture Pacifique
représente L'alternative à l'agriculture
industrielle, car elle 

  • favorise et préserve la biodiversité

  • renforce la fertilité des sols

  • protège l'environnement et  la pureté des nappes phréatiques

  • n'utilise aucun fruit des champs pour la bioénergie

  • est régionale et favorise un bon climat

  • est sans élevage, gaspilleur de ressources nuisant au climat

  • ne surexploite pas les terres au mépris de la survie de l'homme

  • est équitable, durable, respectueuse des générations à venir

Contact direct

Votre adresse